QUESTIONS FREQUENTES SUR L'HYPNOSE

Qu’est-ce que l’Hypnose ?


Dans la Mythologie Grecque, Hypnos était le Dieu du sommeil. On lui a attribué 3 fils, dont Morphée dans les bras duquel on aime tant se laisser aller. Bien que son étymologie grecque « Hupnoein » signifie endormir, l’Hypnose thérapeutique telle qu’elle est pratiquée en cabinet ne plonge pas dans le sommeil. Cet état modifié de conscience appelé également transe hypnotique ne correspond en effet ni à un endormissement, ni à une perte de conscience. Au contraire, il s’agit d’un état de conscience au cours duquel nous nous trouvons entre l’état de veille et le sommeil, et qui permet d’accéder à toutes les ressources utiles que nous possédons, la plupart du temps sans le savoir. Durant toute la séance, tu demeures conscient, tu entends les paroles de l’hypnotiseur et tu pourrais même lui répondre. Tu expérimentes chaque jour cet état de rêverie lorsque plongés dans un roman passionnant ou installés devant un bon film, tu es temporairement déconnecté de la réalité, dans un espace-temps suspendu. Ne t’est-il jamais arrivé de parcourir des kilomètres au volant de ta voiture ou des centaines de mètres à pieds et de t’étonner une fois à destination d’avoir perdu la notion du temps ? ou encore d’être tout simplement ailleurs ou « dans la lune » ? L’hypnose consiste à te plonger dans cet état naturel afin d’accéder à ton inconscient et de contourner tes éventuels blocages en t’aidant à te défaire de tes pensées négatives ou limitantes tout en te permettant de découvrir le potentiel incroyable qu’offre ton cerveau.

Tu connais probablement quelques-unes de ses cousines comme la sophrologie, la relaxation, la PNL (Programmation Neuro Linguistique)…




L’existence de l’hypnose est-elle scientifiquement prouvée ?


Déjà utilisée au 19e siècle en psychiatrie, l'hypnose rencontre un succès grandissant chez les médecins depuis les années 1950, y compris en France. Pourtant, elle est encore parfois considérée comme sulfureuse au point de ne toujours pas être reconnue par l'Ordre des médecins.

Et les études scientifiques dans l'Hexagone ont tardé à valider, ou non, son efficacité. Un manque corrigé en 2015, avec un premier rapport de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) sur le sujet*.

L’état hypnotique est maintenant connu, décrit et donc attesté à la fois en psychologie avec la théorie de la dissociation psychique et des dynamiques relationnelles, et en neurosciences avec les activations neurologiques particulières au niveau central.

D’autres éléments de preuve formels notamment en anthropologie et en psychologie ont été apportés sur l’hypnose, en particulier sur le fait que l'hypnose permet à tout à chacun de percevoir autrement sa réalité et ainsi modifier la façon dont on la perçoit et la vit.

A l’heure où la chirurgie se fait moins invasive et où se raréfient les opérations sous anesthésie générale, l’hypnose a investi l’hôpital dans l’accompagnement des soins douloureux ou des opérations dites « légères » : gynécologie, dermatologie, orthopédie, ablation de la tyroïde, tumeurs de la gorge, chirurgie mammaire, abdominale, thoracique... On parle alors d’hypnosédation* ou d’hypnoanalgésie.

Récemment, l’imagerie cérébrale a prouvé qu’il existe bien un état hypnotique et qu’il peut influencer nos sensations.

En 1997, une étude menée par le Pr Stephen Kosslyn, du département de neurologie du Massachusetts General Hospital de Boston a montré qu’une suggestion hypnotique entraîne des réponses neuronales : le professeur-chercheur a présenté à un groupe de seize personnes une palette de couleurs échelonnées et une palette de dégradés de gris. Les réactions de leur cerveau étaient enregistrées par un tomographe à émission de positrons. Lorsque, sous hypnose, on demandait à chacune de ces personnes de « voir » en couleurs la palette de gris, c’était l’aire occipito-pariétale, l’une des zones de reconnaissance des couleurs, qui était activée : le cerveau avait donc réagi comme s’il voyait de la couleur à la place du gris, ce que demandait la suggestion. Voir les résultats de l’étude (en anglais).

Le web regorge d’articles, thèses, doctorats, partages d’expériences qui attestent de la haute efficacité de l’hypnose. La valeur de l’hypnothérapie n’est plus à prouver et ses domaines d’application se répandent de plus en plus. En particulier pour l’arrêt tabac et la perte de poids qui sont le plus souvent demandés juste devant l’angoisse, le stress et les phobies.

Utilisée depuis des années dans les pays anglo-saxons, l’hypnose appliquée aux études, au sport et au travail est un succès qui a su faire ses preuves. La méthode HYPNOTRAINING permet désormais aux francophones de bénéficier à moindre coût de la puissance de cet outil.

L’hypnose est actuellement l’une des pratiques complémentaires les plus intégrées à l’offre de soins conventionnels (INSERM).

*INSERM, évaluation de l’efficacité de la pratique de l’hypnose, Juliette Gueguen, Caroline Barry, Christine Hassler et Bruno Falissard – Juin 2015

*hypnosédation, Institut Curie - mars 2017

*hypnoanalgesie, définition et contexte, CNRD (Centre national ressources douleur)




Qu’est-ce-que l’inconscient ?


En hypnose ericksonienne, l’inconscient est vu comme un réservoir de ressources à découvrir et à utiliser pour s’épanouir. Il est ton plus fidèle allié depuis toujours.

En effet, ton inconscient fait déjà plein de choses pour toi au quotidien sans que tu ne t’en rendes compte : il régule la vitesse du métabolisme, la cicatrisation, la tension artérielle, la coagulation du sang …

Fais confiance à ton inconscient, il te veut du bien.




Est-ce-que l’hypnose fonctionne sur tout le monde ?


Oui. Tout le monde est hypnotisable, les adultes comme les enfants. Pour que cela soit efficace, la seule condition est le désir de changer.

Tout est lié à :

- ta motivation : avoir envie d’aller mieux, de faire mieux, vouloir suivre des séances d’hypnose, c’est déjà faire une partie du travail.

- ton lâcher-prise pendant la séance : paradoxalement en hypnose, c’est en lâchant prise que tu reprends le contrôle de ta vie.




Est-ce qu’il y a des contre-indications à l’hypnose ?


Non. Il n’existe pas de contre-indications et tout le monde peut bénéficier de l’hypnose. Sauf de très rares cas, comme des personnes au profil psychotique et en phase de délire…




Peut-on être hypnotisé sans le vouloir ?


Il n’est pas possible d’être hypnotisé sans que l’on autorise cette situation de se produire.

L’hypnose n’est en effet pas un don que l’on peut imposer à l’autre, mais un contexte où l’on entre en état de conscience modifiée lorsqu’on perçoit que cela peut être son intérêt de le faire.

Par contre, si l’on ne peut entrer en hypnose sans le vouloir, il est possible d’entrer en hypnose spontanément, lorsque le contexte s’y prête (comme un moment de contemplation du va-et-vient des vagues).




Vais-je perdre le contrôle sous hypnose ?


Une personne peut maintenir autant qu’elle le souhaite le contrôle sur tout ce qu’il se passe en séance même si la représentation que l’on a de l’hypnose est parfois que l’on abandonne son libre arbitre à la volonté de l’autre.

Dans les faits, si une personne n’expérimente pas comme elle le souhaite l’hypnose (dont le niveau de contrôle voulu) elle n’entre pas dans la situation d’hypnose ou développe un sentiment de mal-être suffisant pour que la séance d’hypnose ne puisse pas aboutir.

Et c’est tant mieux !




Sous hypnose, peut-on me faire faire n’importe quoi ?


Absolument pas. L’hypnose ericksonienne n’a rien à voir avec l’hypnose de spectacle, ni dans la forme, ni dans l’objectif. Ce n’est pas non plus de la magie. Il s’agit de techniques rigoureuses qui te permettent de reprendre conscience de tes ressources.

Pendant la séance, tu restes libre de tes faits et gestes. Qu’importe la profondeur de ton état hypnotique, il est possible de te lever, d’ouvrir les yeux…

Chaque séance commence par une explication claire de la direction que tu vas prendre dans la transe hypnotique qui suit et tu gardes ton libre arbitre tout au long de celle-ci.

De même, ce n’est pas parce que l’on travaille avec l’inconscient que l’on devient inconscient… Tu n’es jamais « endormi ». Tu écoutes d’ailleurs la séances les yeux fermes ou ouverts, assis ou debout, de chez toi, dans ton école, à la salle ou au bureau.

En revanche, n'écoute jamais les séances ou fichiers vidéo lorsque tu conduis un véhicule ou que tu utilises des machines car ta concentration est alors portée sur autre chose.




Alors, pourquoi l’Hypnose peut-elle parfois faire peur ?


La crainte de ne pas se réveiller est souvent évoquée ! Et pourtant ça n’est jamais arrivé et on ne trouve aucun cas relevé dans toute la littérature sur l’hypnose, qu’elle soit de spectacle ou thérapeutique.


A la fin de la séance, tu reviens à la réalité en douceur au terme d'un compte à rebours, sans éprouver aucune sensation de malaise mais au contraire un immense bien-être comme après une bonne sieste.

A aucun moment la vidéo ne va prendre le contrôle de ta volonté !


Quitte à le répéter : il n’est pas possible de plonger quelqu’un en état hypnotique contre son gré.

Ce n’est pas parce que les vidéos présentes sur le site travaillent avec ton inconscient que tu es inconscient. Comme évoqué précédemment, tu restes à tout moment conscient de tes actes et de tes paroles. Et il t’est possible de revenir au conscient dès qu’une gêne ou un inconfort se présente.


Ton inconscient est en quelque sorte ton ange gardien car il veille sur toi depuis toujours. Il sait ce qui est bon pour toi. Pour aller plus loin, regarde cette vidéo.